Drapeaux des pays membres de l'Union Européenne
  • Services
  • 4 minutes

Request-to-Pay, le nouveau standard de paiement européen

Créé par le Conseil Européen des Paiements (EPC) et lancé en France en juin 2021, le service SEPA Request-to-Pay (aussi abrégé RTP ou R2P) simplifie les opérations financières entre entreprises européennes.

 

Ce schéma de messagerie permet de fluidifier le parcours du payeur, grâce à des paiements plus rapides ou plus flexibles, selon ses besoins et celui du créancier, mais également de mieux suivre ses opérations de paiement.

Qu’est-ce que le Request-to-Pay ?

Littéralement « requête de paiement » en français, le SEPA Request-to-Pay contribue à la dématérialisation des échanges et des processus liés aux paiements. Cette nouvelle norme paneuropéenne (ISO 20022) vise principalement à simplifier la gestion des paiements de factures émises par les sociétés.

 

Concrètement, le RTP est un service de messagerie bancaire, permettant à un créancier d’adresser une demande de paiement à son débiteur en joignant le montant, la référence de la facture et en proposant un ou plusieurs délais de paiement (immédiat, à validation de la demande RTP ou après une échéance).

 

Le Request-to-Pay n’est pas relié directement à un moyen de paiement ; la demande est indépendante de la méthode. Il s’agit plutôt d’un service initiateur qui vient compléter les points de rupture du virement SEPA (SCT) et accélère l’échange de données en toute transparence.

Le RTP est principalement dédié aux règlements de factures électroniques et au recouvrement de créances. Il joue également un rôle essentiel dans l’adoption massive des solutions de paiement instantané par le consommateur final.

Comment fonctionne le service R2P ?

Le processus Request-to-Pay est établi afin de faciliter les échanges monétaires entre créanciers et débiteurs. Le créancier adresse une demande de paiement grâce à un message RTP au payeur, qui doit ensuite valider ou non l’opération dans son espace bancaire.

Déroulé du processus de paiement étape par étape :

  1. Vente d’un bien ou d’un service (online / offline) entre un créancier (bénéficiaire) et un débiteur (payeur), ce qui provoque l’émission d’une facture.
  2. Partage d’informations. Le créancier renseigne les informations nécessaires à la création du message RTP (montant, référence de facture, date de validité, délai de paiement…) et l’envoie au débiteur.
  3. Envoi d’une notification. Le débiteur reçoit une notification l’informant de la demande de paiement de facture en cours.
  4. Vérification de la solvabilité du payeur et connexion via un espace sécurisé. Le payeur s’identifie auprès de sa banque afin de valider ou de refuser l’opération.
  5. Validation / Rejet de la demande d’encaissement. Si le payeur autorise le paiement, le créancier reçoit la confirmation d’acceptation. Le débiteur quant à lui s’engage à régler la facture à une date donnée.
  6. Transmission du paiement. Si le débiteur règle par virement SEPA depuis sa banque, le bénéficiaire récupère les références de facture associées dans son opération.

Suivi du cycle de vie d’une facture dématérialisée

De l’émission de la requête R2P jusqu’à l’encaissement du paiement, le traitement de la facture électronique est consultable par le vendeur, comme par l’acheteur et l’administration fiscale.

 

Le système RTP améliore le lettrage des opérations. En effet, le RTP inclut la référence de la facture classique ou électronique dans le corps de son message, ce qui facilite le rapprochement bancaire et le pointage comptable.

 

En effet, la Direction Générale des Finances publiques (ou DGFiP) a défini différents statuts permettant de faciliter le suivi des factures électroniques tout au long de leur cycle de vie :

  • Déposée : La facture ou l’avoir a été émis par un fournisseur sur un portail de facturation ou bien sur une plateforme de dématérialisation.
  • Émise par la plateforme fournisseur : La facture est prise en charge et prête à être émise à destination du client.
  • Reçue par la plateforme client : La facture est reçue par la plateforme ou la banque de l’acheteur, mais pas encore affichée aux yeux du payeur.
  • Mise à disposition : Le payeur reçoit une notification, il a accès à la facture et à la demande RTP.
  • Prise en charge : Le payeur accepte la facture.
  • Approuvée : La facture est totalement traitée par l’acheteur.
  • Approuvée partiellement : L’acheteur traite partiellement la facture, ce qui peut donner lieu à l’émission d’un avoir.
  • En litige : L’acheteur et le vendeur sont en désaccord. Il faut potentiellement rectifier la facture pour recevoir l’approbation de l’acheteur.
  • Suspendue : Il manque des justificatifs à l’acheteur pour valider et payer la facture.
  • Complétée : Une pièce-jointe ou un commentaire a été ajouté à la requête qui était en suspens.
  • Refusée : La facture est refusée par l’acheteur.
  • Rejetée : La plateforme refuse la facture émise par le fournisseur pour des raisons techniques.
  • Paiement transmis : Le virement du paiement a été envoyé au fournisseur.
  • Encaissée : Le fournisseur a reçu le paiement et la preuve de paiement.

 

4 de ces statuts ont été rendus obligatoires par la DGFiP : facture déposée, refusée, rejetée, encaissée.

Quelle valeur ajoutée pour les marchands ?

En 2019, près de 80% des paiements professionnels européens sont opérés via virements bancaires¹. Toutefois, celui-ci s’inclue difficilement dans un parcours de paiement 100% digital. Et cela pose problème aujourd’hui.

 

Avec la réforme de la Généralisation de la facturation électronique pour les entreprises, le gouvernement français poursuit sa politique d’accélération de la transition numérique. Les entreprises assujetties à la TVA doivent donc s’adapter afin d’être en mesure d’émettre et de recevoir des factures digitales, d’ici 2024.

 

Cette nouvelle législation est une réelle opportunité pour le développement de services tels que le SEPA Request-to-Pay. En effet, celui-ci s’inscrit dans une démarche de digitalisation des échanges et d’amélioration de la traçabilité des encaissements. Il peut s’intégrer à une solution de dématérialisation des factures et reste complémentaire aux moyens de paiement habituels des professionnels (virements et prélèvements SEPA).

5 avantages du Request-to-Pay

Avec la mise en œuvre du service de messagerie Request-to-Pay, les transactions sont conclues en toute transparence, en temps réel, avec une grande flexibilité.

Facturation et suivi de factures simplifiés

Avec le SEPA Request-to-Pay, le cycle de vie des factures est suivi en direct. La requête de demande de paiement standardisée inclut le numéro de facture et le rapproche à l’IBAN du créancier.

 

Pour les entreprises, le suivi des requêtes envoyées peut être facilement intégré dans les systèmes comptables existants. Cela permet un suivi automatisé des factures et des paiements, pour une gestion financière et comptable optimisée.

Accélération des transactions

En permettant aux entreprises d’envoyer des demandes de paiement directement aux clients, le R2P simplifie considérablement le processus de paiement de factures. Les clients reçoivent des notifications de paiement en temps réel et peuvent répondre à ces demandes, avant de payer avec le moyen de paiement de leur choix.

 

Cette fonctionnalité élimine la saisie manuelle des détails de paiement, réduisant ainsi les erreurs et accélérant le processus de paiement. À terme, cela se traduit par une réduction des délais de paiement et une augmentation de la trésorerie pour les entreprises.

Facilité de paiement

Avec le système RTP, les payeurs bénéficient d’une flexibilité de paiement sans précédent. Ils peuvent choisir de payer immédiatement, de le programmer à une date ultérieure ou même de négocier des modalités de paiement avec l’émetteur de la facture, dans la limite bien sûr des conditions générales de vente et des besoins de chacun.

Amélioration de l’expérience client

Au-delà de la flexibilité de versement, le Request-to-Pay offre une expérience plus agréable aux yeux du consommateur connecté.

Réduction des coûts de transaction

Les virements SEPA initiés par R2P bénéficient d’une tarification très avantageuse.

Quelle solution de demande de paiement chez CentralPay ?

Avec Smart Collection vous bénéficiez d’un système performant, incluant de nombreux services de paiement, intégrable à votre solution de dématérialisation de factures.

 

Vous maitrisez le parcours de paiement de vos clients en créant des liens de paiement lettrés pour chacune de vos factures, CentralPay automatise l’envoi et les relances par email ou SMS. Vos clients règlent en ligne depuis leur moyen de paiement préféré (carte bancaire, virement SEPA, prélèvement SEPA, paiement initié). Le lien de paiement assure une traçabilité sans faille permettant de réconcilier automatiquement tous les fonds entrants sur votre compte, même les virements sans références ou à montants erronés.

 

En tant qu’Établissement de Monnaie Électronique, CentralPay accompagne les services financiers d’entreprises dans la mise en place de parcours de paiement digitalisés, conçus pour faciliter leur gestion des paiements de factures et de recouvrement de créances.

¹ Observatoire de la sécurité des moyens de paiement, Banque de France (rapport annuel de 2020)